Gresivaudan-actu.org

Eloge de la Modernité

Villard-Bonnot -  Du 21 janvier 2016 Au 20 septembre 2016 , Eloge de la Modernité
Villard-Bonnot  Du 21 janvier 2016 Au 20 septembre 2016

En 1925, Grenoble organise l’Exposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme. Porté par les instances politiques, par les universitaires et les industriels locaux, cet événement majeur hisse la ville au statut de ville de la modernité et au rang de capitale des Alpes françaises. Les musées départementaux – Maison Bergès-Musée de la Houille blanche et Musée dauphinois – avec le partenariat de la Ville de Grenoble, célèbrent cette année le 90 e anniversaire de cette manifestation, à travers deux expositions : Grenoble 1925. Éloge de la modernité au Musée de la Houille blanche et Grenoble 1925.La grande mutation au Musée dauphinois.


La montagne bienfaitrice

Au XIX e siècle, ingénieurs et industriels convoitent la puissance de l’eau issue des montagnes pour les besoins de leurs usines. La première expérience de haute chute réalisée en Allemagne en 1837 par l’ingénieur Benoît Fourneyron (1802-1867), inventeur de la turbine, ouvre la voie à une nouvelle forme d’énergie baptisée « houille blanche ». Dans les Alpes, les eaux des torrents, des cascades, des glaciers et des lacs d’altitude sont alors « domptées » et canalisées à l’intérieur d’impressionnantes conduites forcées, parfois de plusieurs centaines de mètres de hauteur, installées à flanc de montagne. Désormais, l’usine peut s’implanter au bas des hautes chutes, en fond de vallée et offrir du travail sur place aux populations locales.

La féérie de l’eau et de la lumière
Les fontaines lumineuses constituent l’une des attractions majeures de l’Exposition. Fréquent dans les expositions universelles, ce spectacle de l’eau et de la lumière prend ici une signification particulière puisque véritable métaphore de l’hydroélectricité.
Chaque soir, dômes et gerbes d’eau lumineuses s’élancent vers le ciel sur une hauteur qui varie entre 18 et 50 mètres, et forment une sorte de ballet orchestré à distance. De la même manière, à 21 heures, le public assiste à l’illumination de l’Exposition avec 40 000 lampes, provoquant une « véritable orgie de couleurs et de
feu ».

La fée électricité dans tous ses éclats
Le succès de l’Exposition internationale de la Houille blanche et du Tourisme est
total et dépasse toutes les attentes. Cet enthousiasme, cet engouement et cette
formidable émulation autour du progrès et de la modernité, sont mis à mal par la
crise économique de 1929 puis la Seconde Guerre mondiale.
La conquête de la houille blanche et de l’hydroélectricité ne cesse pas pour
autant. Dans les Alpes, les hautes chutes et les centrales se multiplient, les grands
barrages font leur apparition comme ceux du Chambon et du Sautet mis en eau en
1935. La fée électricité, timide quand éclate la Première Guerre mondiale,
conquiert peu à peu les villes, les campagnes et les hautes vallées. Magnifiée et
idéalisée en 1925, elle s’introduit progressivement dans les foyers comme en
témoignent les nombreux objets domestiques de cette période. La conquête de
l’électricité est désormais en marche.

Autour de l’exposition : À la Maison Bergès Musée de la Houille blanche
Des ateliers et visites guidées (consultez le site du musée)

Maison Bergès-Musée de la Houille blanche
40 av. des Papeteries à Lancey/Villard-Bonnot
04 38 92 19 60
www.musee-houille-blanche.fr
Ouvert du 1er avril au 31 octobre
de 13h à 18h : du mercredi au vendredi
de 10h à 18h : samedi et dimanche
Du 1er novembre au 31 mars
de 13h30 à 17h30 : du mercredi au vendredi
de 10h à 17h30 : samedi et dimanche
Fermeture les 1 er janvier, 1 er mai et 25 décembre


Dossier

Site réalisé avec SPIP 2.1.12 + ALTERNATIVES | visites : 2592494

Creative Commons License