Gresivaudan-actu.org

les agriculteurs demandent la signature du protocole qui devait être signé, il y a près d’un an entre le Conseil Général et la Chambre d’Agriculture

Vendredi 29 janvier 2010 de 10h30 à 11h30 , les agriculteurs demandent la signature du protocole qui devait être signé, il y a près d’un an entre le Conseil Général et la Chambre d’Agriculture
Vendredi 29 janvier 2010 de 10h30 à 11h30

Les agriculteurs et les propriétaires fonciers du haut Grésivaudan manifesteront devant le conseil général de l’Isère le vendredi 29 janvier 2010 à partir de 10h30. Ils demandent la signature du protocole qui devait être signé, il y a près d’un an entre le Conseil Général et la Chambre d’Agriculture. Ce protocole prévoit l’indemnisation des agriculteurs lors des inondations provoquées sur leurs terres pour éviter que l’Isère cause des dégâts à l’agglomération grenobloise. En effet, pour éviter que Grenoble et ses habitants se retrouvent les pieds dans l’eau, la seule solution est d’inonder en amont les terres agricoles. La collectivité par le biais du Symbhi (Syndicat Mixte des Bassin Hydraulique de l’Isère) prévoit des travaux importants d’aménagements hydrauliques en amont de Grenoble. Même s’ils regrettent que ces aménagements n’aient pas lieu aussi en Savoie, les agriculteurs comprennent la nécessité de ces aménagements pour éviter une inondation catastrophique de Grenoble. Mais ils souhaitent que les trois tranches de travaux soient réalisées dans un délais très proche entre elles. Or, on entend dire que la première tranche de travaux vers Meylan, Gières, Muriannette, Montbonnot serait réalisée dans un avenir assez proche mais que, pour des raisons budgétaires, les autres tranches seraient reportées à un avenir plus lointain. Cela risque d’entraîner une surinondation de la première tranche. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une zone agricole importante avec de nombreux maraîchers qui fournissent en légumes l’agglomération grenobloise. Si le projet prévu coûte trop cher, il vaut mieux renoncer aux aménagement environnementaux et d’espaces de loisirs et donner la priorité aux aménagements hydrauliques pour protéger l’agglomération grenobloise, tel que le recalibrage de l’Isère. Autrefois l’Isère était régulièrement curée et cela n’a plus été fait depuis longtemps Les agriculteurs et propriétaires fonciers réclament le respect de leurs intérêts professionnels et économiques dans l’intérêt général de lutte contre les inondations. Il est en effet plus raisonnable d’envisager immédiatement la réalisation des travaux dans de bonnes conditions plutôt que de devoir indemniser demain les conséquences d’une inondation de toute l’agglomération. Le coût pour la collectivité sera sans commune mesure. C’est pourquoi, ils se voient contraints de manifester de nouveau et espèrent des réponses positives et claires des responsables des collectivités qui portent ce projet d’aménagement hydraulique de la vallée de l’Isère de Pontcharra à Grenoble.


Site réalisé avec SPIP 2.1.12 + ALTERNATIVES | visites : 1314838

Creative Commons License